Aya Nakamura, fast food musical

Critique du dernier album d’Aya Nakamura : « Aya », un album fast-food !

« Djadja » a rendu la chanteuse franco-malienne Aya Nakamura, de son vrai nom Aya Danioko, célèbre dans le monde entier. Jusqu’à aujourd’hui, le titre a fait l’objet de plus de 700 millions de clics sur YouTube et avec les versions remixées de Loredana et Maluma, elle a même fêté le succès des charts en Allemagne. Cela est également dû en partie au fait que la jeune femme de 25 ans a chanté sur l’autodétermination des femmes dans une relation. Avec « Jolie Nana », un numéro d’été léger entre guitare acoustique aérienne et reggaeton, elle a remporté un autre grand succès viral cette année grâce à un défi de soins personnels sur TikTok. Elle a également été le premier signe avant-coureur de son troisième album « Aya », avec lequel elle se prépare maintenant à poursuivre sur cette lancée.

Elle reste fidèle à son mélange linguistique de français, d’argot parisien, d’anglais et de bambara, la langue malienne de ses parents, ainsi qu’à son orientation lyrique autodéterminée. Mais cette fois-ci, elle a écrit les paroles à la première personne pour les rendre encore plus personnelles. Par exemple, « Biff » consiste à ne pas se rendre dépendant d’un homme de faible caractère. Il y a aussi quelques lignes plus réfléchies ici et là, par exemple lorsque dans « Tchop » elle traite du sentiment de solitude malgré le succès et la sécurité financière.

Il y a aussi quelques chansons d’amour à écouter, comme l’initiale « Plus Jamais », qui ne laisse pas de trace durable avec ses rythmes de piège sans imagination et un orage sur un somnifère. De plus, les passages vocaux, qui sont déformés au-delà de la reconnaissance avec l’autotune, et qui parcourent presque toute l’œuvre, ne permettent pas vraiment de parler d’immédiateté émotionnelle. Le « Tchop » est alors à nouveau caractérisé par des rythmes reggaeton dansants.

Le chanteur réfléchit largement sur ce style musical. Mais il ne faut pas s’attendre à beaucoup de variations, car un morceau sonne plus égal que l’autre sur de longues distances en ce qui concerne le rythme et les distorsions vocales. Cela pourrait être bon pour les utilisateurs de TikTok pendant une courte période et fonctionner correctement pour les listes de lecture de musique urbaine sur Spotify, d’autant plus que les chansons ne demandent pas beaucoup d’attention de la part de l’auditeur en raison de leur brièveté. Cependant, ils ont été oubliés aussi vite qu’ils ont été entendus. Aucun message progressiste ne peut plus y aider.

Mais la situation devient plus intéressante lorsque Aya Nakamura intercalaire des rythmes de zouk des Caraïbes et des sons concis de guitare acoustique latino-américaine dans ses chansons. Ainsi, « Doudou », qui, en termes de paroles, semble être l’équivalent francophone de « la personne préférée » de Namika, oscille avec désinvolture entre le flair des grandes villes urbaines et les vibrations estivales. Dans « Hot », les influences du R’n’B des années 90 et les tons de cordes sensuels produisent un mélange transpirant et entraînant. Le chanteur se retient également avec un usage excessif de l’autotune dans les deux chansons, afin que l’authenticité ne soit pas négligée.

Dans « Fly », elle montre son côté naturel, lorsqu’elle se laisse emporter par des sons de pièges balladesques et des synthés mélancoliques dans le chœur vers des hauteurs plus élevées, de sorte qu’elle souligne aussi parfois son côté puissant et plein d’âme. Par ailleurs, « Mon Chéri » propose des approches sonores intéressantes avec, en toile de fond, une électronique nocturne enroulée et un rythme caribéen.

Plus de courage pour l’indépendance n’aurait pas nui au bilan en conséquence. Alors « Aya » dégénère en fast food décontracté pour les commentaires et les adeptes se rassemblent sur TikTok.

Laisser un commentaire